Conférence sur l'Accumulation d'objets dans notre quotidien, le samedi 11 février de 17h à 18h30 au Bar Solidaire "Au Sourire" à Périgueux

Publié le par Béatrice Constantin-Mora Art-thérapeute analyste

Conférence sur l'Accumulation d'objets dans notre quotidien, le samedi 11 février de 17h à 18h30 au Bar Solidaire "Au Sourire" à Périgueux
Conférence sur l'Accumulation d'objets dans notre quotidien, le samedi 11 février de 17h à 18h30 au Bar Solidaire "Au Sourire" à Périgueux

Je vous invite au Bar Solidaire "Au Sourire"

pour cette conférence réalisée à partir des travaux de différents auteurs ainsi que de mes recherches et expériences.

Le prix est libre pour la conférence.

Condition : Amener au choix : une denrée alimentaire (non périssable), une boisson (alcoolisée ou pas), un produit d'hygiène ou d'entretien.
Le Bar sert des boissons à 1 ou 2€.

 

Il est situé 49 route de Bergerac à Périgueux.
https://www.facebook.com/muratisabelle

Pour faciliter mon organisation, merci de bien vouloir m'informer de votre présence. Ceci dit, si vous venez au dernier moment, vous êtes les bienvenus aussi !

Crédit artiste : Liu Jianhua « Yiwu Survey » 2006 Installation

Crédit artiste : Liu Jianhua « Yiwu Survey » 2006 Installation

- « Tu pourrais quand même ranger ton b… l ! » (Bazar ou B....l au choix)
- « Oui, mais ça peut toujours servir ! »
- « Et sinon, t’as un plan B, en cas d’urgence, parce qu’on peut plus circuler-là ! »
- « Non… non…, pas ça…, ça me rappelle quand…. »
- « Ah ! Non ! Pas celui-là non plus, ça m’a coûté cher à l’époque ! »
- « Bon promis! Demain, j’m’y mets ! »

De doutes en hésitations, vive le règne de l’indécision ! De la cave au grenier, en passant par la penderie, les tiroirs, au bureau, dans les sacs à main, dans les vides poches, les objets nous envahissent. Souvent, il est bien difficile de s’en séparer.

« Le désordre, c’est pas bien », nous serine t’on depuis l’enfance. « Il faut apprendre à ranger ses affaires ! » « Une poule n’y reconnaîtrait pas ses poussins ! ». La mère non plus n’y retrouve plus les heures qu’elle pourrait destiner à autre chose. Mais si la seule volonté de l’esprit suffisait à nous mettre dans un mouvement de rangement, ça se saurait. Comme bon nombre de nos attitudes, celles-ci sont totalement irrationnelles, mais non dénuées de logiques inconscientes et de transmissions sociales. A travers les objets et leur accumulation, de quoi avons-nous hérité ?

Pourquoi laissons-nous aux objets autant de pouvoir dans notre vie ?

C'est ce que vous verrons ensemble le 11 février au Bar Solidaire "Au Sourire" !

Béatrice Constantin-Mora

Conférence sur l'Accumulation d'objets dans notre quotidien, le samedi 11 février de 17h à 18h30 au Bar Solidaire "Au Sourire" à PérigueuxConférence sur l'Accumulation d'objets dans notre quotidien, le samedi 11 février de 17h à 18h30 au Bar Solidaire "Au Sourire" à Périgueux
Conférence sur l'Accumulation d'objets dans notre quotidien, le samedi 11 février de 17h à 18h30 au Bar Solidaire "Au Sourire" à Périgueux

Depuis que j'ai commencé à préparer cette conférence, j'ai rangé 3 placards, sorti plusieurs sacs de vêtements et envisage même une grande réduction de la vaisselle pour garder seulement l'essentiel à notre utilisation quotidienne. Mais quel est ce miracle ?, pourraient me demander les personnes qui me connaissent bien. Parce que question accumulation d'objets, j'en connais un rayon et plus. Plus on a d'espace, plus on stocke !

Peut-être quelques transmissions culturelles. Peut-être un côté foule sentimentale devenu désuet. Peut-être un besoin d'investir vraiment les lieux de cette nouvelle maison... de m'y sentir chez moi. Mais pas "chez moi" d'avant. "Chez moi" de maintenant.

Il y a presque quelque chose d'indécent à se plaindre de crouler sous les objets alors que de nombreuses personnes n'ont pas l'essentiel. Alors, on peut donner, il y a de nombreux intermédiaires pour cela. Mais il y a ces objets-là dont on ne se dépossède pas comme ça. Ils ne sont pas forcément beaux ni chers, mais il en coûterait à notre cœuresprit de s'en séparer sans autre forme de procès, juste parce qu'Il FAUT ranger. Nous y sommes attachés et il s'y reflète un bout de notre identité et de notre histoire.

On ne les voit même plus mais on sait qu'ils sont là. C'est rassurant. Et puis un jour, on commence à les regarder du coin de l’œil, jusqu'à se demander comment on a fait pour garder un truc aussi moche, aussi encombrant, aussi triste, aussi taille 38... Le carrosse s'est transformé en citrouille !! S'ensuit une courte ou longue période d'abattement. Que faire ? Jeter, donner, garder ? La désillusion est rarement agréable. Alors certains n'écoutant que leur ras-le-bol s'en séparent rapidement et passent à autre chose. D'autres procrastinent. "Demain, j' m'y met"... "mais quand même, ça peut servir..."

Et mon boulot à moi, c'est un peu ça, accompagner le désencombrement des objets psychiques qui occupent l'esprit, empêchant de faire des choix de vie les plus en adéquation avec ce que nous sommes et aspirons à devenir. En consultation, ils sont exprimés (mis en dehors de soi), mis en forme, triés, déplacés et réordonnés ou archivés. Rien n'est oublié mais l'objet est moins gourmand en énergie et moins couteux en fatigue.

 

Sur le même thème, il y a...

Et il y a aussi...

Commenter cet article