La yourte. Pourquoi la yourte ?

Publié le 30 Août 2016

La yourte. Pourquoi la yourte ?

Nous sommes arrivés en juin 2015 aux Grellières. Dans la maison où nous habitions avant, dans un autre département, il nous manquait un atelier. La yourte s’est naturellement présentée pour que nous ayons un lieu hors de la maison pour laisser le matériel et ce qui fait qu’un atelier est un atelier... il n’est pas forcément rangé.

Donc, la yourte aux Grellières est un lieu qui peut être aménagé différemment en fonction de ses différentes utilisations et activités.

Dans notre vie quotidienne, nous sommes axés sur la récupération. Nous faisons le plus possible avec ce que nous avons et ce qui nous entoure. Ce que peuvent confirmer les courageux/euses qui nous ont aidé pour nos différents déménagements !

Donc, cette yourte accueille les séances individuelles et les séances en groupe. Le matériel est à la libre disposition des participants. Les tapis sont usagés, ils ne craignent pas les coulures de peinture, les chutes de pinceaux. L’aspirateur est passé, repassé à chaque consultations, les tentures sont lavées..., relavées en fonction des saisons, changées si besoin...pour créer un nouveau décor...

La yourte, ce n’est pas notre maison, et ce n’est pas non plus un lieu public. C’est un lieu d’accueil où il se joue et se démêlent des choses privées, confidentielles... en tout cas émotionnelles.

Nous y sommes à l’abri sans être coupés de l’extérieur. On y suit le cours des saisons. L’hiver, le poêle bat son plein, des bougies agrémentent la baisse de la luminosité, un spot met en lumière le travail en train de se faire. On y entend tomber les gouttes de pluie et le vent qui joue avec les toiles. Couvertures sur le canapé pour le côté douillet avec un thé qui fume, de l’encens ou des huiles essentielles en diffusion...

Au printemps, les rayons de soleil alternent avec la course des nuages. Il est temps de changer le décor, plus clair, plus aéré. La yourte peut être ouverte plus souvent.

En été, le touno ou la couronne au centre de la yourte est ouvert. Il laisse passer le soleil, et un petit vent bienvenu. Le jardin devient lui aussi un lieu d’expérience, de méditation, de tranquillité. L’usage de la chaise longue est vivement recommandé lors des ateliers en groupe. Ici, point de sauna ni de spa. La simplicité de la nature qui s’offre à nous, avec la possibilité de planter sa tente dans le jardin quand on souhaite soit faire des économies et privilégier le contenu du stage ou quand on aime son indépendance et les éléments naturels. Il y a aussi des hébergements à proximité tenus par des gens très sympas.

L’automne arrive et on apprécie les derniers rayons de soleil, jusqu’à ressentir à nouveau cette envie d’être à l’abri, de se mettre au repos et de prendre des forces pour l’hiver qui arrive. Les couvertures toutes pleines du soleil de l’été sont prêtes à être redéployées.

Rédigé par Ateliers d'Art-thérapie analytique Béatrice Constantin-Mora

Publié dans #Art-thérapie analytique, #atelier d'expression créative Dordogne

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

ravaillault 30/12/2016 11:51

Coucou, Béa.
So long!! une recherche internet m'amène à ton blog. Comme je pense à toi, à vous tous souvent, ma recherche attendra, je ne peux pas fermer et passer.
La yourte... que de souvenirs, d'émotion. Elle semble bien vivre, et j'espère que tous les quatre êtes heureux dans votre vie périgourdine.Toi, Béa, je cible un peu ton activité; Olivier a-t-il trouvé sa voie, et les filles? collégiennes, toutes les deux peut-être? j'ai du mal à les imaginer si grandes!
je vous souhaite une belle fin d'année; je t'embrasse .