Art-thérapie ?

Publié le par Les ateliers d'art-thérapie et d'Expression Créative de Béatrice Constantin-Mora

 "ART-THERAPIE"

  • THÉRAPIE.

La thérapie implique la notion de soin et de prendre soin*… et dans le cas de l’art-thérapie, de soin psychique. * (Thérapeute vient du grec « thérapeutikos » qui signifie : qui prend soin de… "thérapeuein" signifie : « être le serviteur, l'écuyer »

Le terme de thérapeute implique un professionnel formé à la mise en place d’un cadre thérapeutique, au maniement du transfert, qu’il travaille ensuite en supervision avec un autre thérapeute pour garantir au patient une relation de qualité, apaisée de sa propre histoire; la relation entre thérapeute et patient étant un tissage subtil.

Mes références théoriques reposent sur les apports de la psychanalyse, dont la pensée de Lacan, Winnicott, Anzieu, Chouvier, Brun... entourent ma pratique, continuent à nourrir ma réflexion et à entraîner d'autres apprentissages. 

  • « ART ».

L’art-thérapeute utilise des outils issus du domaine de l’Art, qui s’appellent des médiateurs, des médiums, des moyens.

Les médiateurs principaux que j’utilise dans ma pratique sont : la peinture, les pastels, le collage, la terre, le dessin… ou l’écriture.

Ce sont des moyens d’expression et de mise en forme symbolique.

Exprimer : « faire sortir hors de soi ».

Chaque médiateur a sa propre valeur pour la personne. Il a sa propre sensorialité. Une diversité de médiateurs, d’outils, permet à la personne d’orienter elle-même la forme de son expression et de se rapprocher le plus possible de son ressenti.

Les médiateurs facilitent la mise en relation entre le patient et son inconscient, cette partie de lui-même qui demeure refoulée, hors de la conscience, et qui s’exprime par des ratés, des lapsus, des actes manqués, les rêves, dans le meilleur des cas et dans les formes les plus radicales, sous forme de symptômes plus ou moins invalidants.

 

Au sein d'un cadre et d'une relation thérapeutiques et au moyen d'outils d'expression, le patient, accompagné par l'art-thérapeute va rechercher l'évocation de ses ressentis, de ses vécus non encore mis en mots, qu'il représente sous la forme de symboles.

Le symbole agit comme un révélateur de ce que la personne ne parvient pas à exprimer autrement que par les maux du corps, sans pouvoir recourir à la parole.

Autrement dit : le symbole parle du symptôme, ce qui se répète et entrave, gêne ou freine l’épanouissement de la personne.

En effet, il est parfois compliqué voire impossible de mettre des mots sur ce que l’on ressent. Parfois, à trop longtemps retenir ses émotions, ce sont les maux du corps qui apparaissent. « J’en ai plein le dos », « je suis coincé », les angines, les enrouements à répétition, le sentiment de tristesse, la sensation de fatigue, l’irritabilité, ou certaines situations de refus scolaire pour les enfants, l’anxiété qui se diffuse dans les situations de vie quotidienne, chez soi, comme au travail...

Ces risques de somatisation sont accrus, en cas de chômage, de conflits professionnels, affectifs, familiaux, en cas de maladie, ou durant la vieillesse.

L’art-thérapie aide à la symbolisation de sensations, de ressentis, de vécus que la personne sent mais qu’elle ne peut exprimer avec des mots.

L'association, la mise en lien d’une suite de symboles et la façon dont la personne va utiliser la matière  favorisent l'expression de son mal-être qui trouve à se dire dans le dialogue, la rencontre avec le thérapeute.

Lire l'article : "l'Art-thérapie, en tant que pratique de soin psychique" Béatrice Constantin-Mora

Commenter cet article