L'art-thérapie, pour quoi faire ?

Publié le 8 Octobre 2013

Les récits suivants sont fictifs mais librement inspirés de faits et de personnes réels.

"Je viens à l'atelier pour dire à mes enfants et petits enfants combien je les aime et pour leur transmettre un peu de mon vécu, comment j’ai été enfant, comment j’ai été femme ou homme, comment j’ai espéré et aimé, parce que maintenant mes doigts sont déformés, je ne peux plus écrire, parce que dessiner ou lire ça ne se faisait pas chez nous… c’était du temps perdu et ils disaient que ça coutait cher et que ça risquerait de me mettre des idées dans la tête. Faut mériter sa peine, pas la joie. Faut mériter son pain quotidien chez les tiens ou te marier. C’est ce que j’ai fait. J’ai pas choisi, c’était pas ma faute mais je vous ai tous aimé. J’avais l’amour des livres alors j’ai lu tout ce que je trouvais. Je rêvais. Même quand j’étais enfant. Une voisine sans mari m’avait pris en affection. Elle comprenait, elle. Elle n’avait pas d’enfant, enfin…, personne ne venait la voir, c’est pas comme vous avec moi ! Vous êtes ma lumière, mon espoir le plus cher, ma vie toute remplit dedans. Je suis fièr(e) de vous. Je vous aime ! Dans ce livre quand je ne serai plus là, ce sera un peu de moi qui continuera auprès de vous."

"J'ai découvert l'art-thérapie et j'ai enfin osé me servir de mes mains. J'ai laisser l’intellectuel que je suis jouer avec des matières si loin de moi jusque là. Jamais je ne me serais cru capable de faire ça, de tripatouiller la terre sans en attendre aucun résultat, juste laisser glisser mes doigts dans la boue, et trouver ça agréable. Chez moi, l’Art était une affaire sérieuse, une éducation esthétique. Un Art pour faire du Beau avec une technique à maîtriser. Tout avait une utilité même les vacances. Tout se jouait aux yeux des autres, tout n’était que recherche de la réussite. Je devais tenir ma place, mon rang, ce qui m’éloignait des autres. Je n’étais pas de ces gamins échevelés aux genoux écorchés, je me tenais droit et ne devait pas me tâcher. Mon costume est encore blanc et c’est une blouse, qui à nouveau me tient à distance des autres. Il a fallu cette maladie pour inverser les rôles".

"Les mots de moi ne sortent pas, ou pas comme vous l’entendez mais ne voyez vous pas comme je vous observe, comme je vous envie de rire ensemble, comme j’envie vos yeux complices, vos bouches qui masquent mal vos émotions, liés que vous êtes par votre langage. Je vous envie et je vous vomie, je vous crie, je vous hurle ma solitude et vous ne m’entendez pas. Je vous sourie quelque fois, vous aimez ça. Je suis en colère quelque fois, mais ça vous inquiète ou ça vous déplait… tant est si bien que j’ai plus de médicaments.

Je voulais juste sortir, faire une balade. Il y avait du soleil dehors, mais on m’a dit que comme j’étais déjà inscrit la veille, je ne pourrais pas repartir cet après midi. Alors je me suis mis en colère, très en colère comme je sais le faire. Je me suis fait caca dessus et tu as nettoyé. Tu as nettoyé mon emmerdement, mais tu n’étais pas tant emmerdé que moi parce que le soir tu rentrais chez toi. Moi pas. En atelier, j’ai peint. J’ai peint si vite que le souffle me manquait. Tu sais je n’ai que l’index pour peindre. J’étais tellement triste et triste de te voir triste à nettoyer ma merde toi qui n’est peut être pas si heureuse que ça de rentrer chez toi. J’entends parler moi qui ne parle pas. Je vous voie toutes autour de moi, raconter vos vies d’amoureuses et vos misères. Vos ras le bol, vos envies d’insoumission de tout foutre en l’air et retomber dans la modération des crédits à la consommation".

"Je viens vous voir parce que je suis stressée. Je ne supporte plus rien et je suis tout le temps fatiguée. Au boulot, on nous en demande toujours plus, mais la paye, elle, elle ne change pas ! Avant, on était une petite famille, tout le monde se connaissait. On allait manger ensemble. Maintenant c'est chacun pour soi. Tout le monde se méfie de tout le monde depuis les fiches de poste et les derniers licenciements."

 

Rédigé par Les ateliers d'art-thérapie et d'Expression Créative de Béatrice Constantin-Mora

Publié dans #L'ART-THERAPIE, #Art-thérapie analytique

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article